Il était un arbre...

dans une Sologne préservée

Le bouleau

 

Le bouleau, du latin Betula, est un arbre de la famille des Bétulacées.

Originaire d’Europe du Nord, il couvre 1 % de la forêt Française. C’est une espèce pionnière, qui accepte de pousser sur des sols pauvres, à condition toutefois qu’ils soient humides et ensoleillés. Les plantes pionnières font partie des premières formes de vie qui colonisent l’espace écologique. Le bouleau absorbe et évapore beaucoup d’eau. Voilà pourquoi vous ne le rencontrez pas dans le sud de la France, ni dans le pourtour méditerranéen. C’est en  Europe du Nord qu’il trouve le meilleur climat. Il supporte parfaitement le froid et sa durée de vie, dans ces contrées nordiques, est d’environ 100 ans.

Une écorce lumineuse et douce.

Le bouleau se reconnait facilement grâce à son écorce blanche et lisse, luisante et striée de lignes horizontales. Sa couleur est due à une résine, la bétuline, son principal constituant. Le bas du tronc est crevassé et son diamètre dépasse rarement les 40 centimètres. Il appartient à la même famille que l’Aulne et le Charme et peut atteindre 25 mètres de hauteur. Ses feuilles sont dentées et dites alternes. Leurs teintes varient du vert clair au printemps au jaune à l’automne. Leur espacement permet de filtrer une jolie lumière, ce qui fait de lui un bel arbre d’ornement.

Des chatons mâles et femelles…

Il fleurit vers l’âge de 20 ou 30 ans et sa croissance est rapide. Les fleurs du bouleau s’appellent les chatons. Les chatons mâles sont situés en bout de rameau pour disperser au mieux le pollen. Le fruit du bouleau, petite graine ailée,  se détache quant à lui du chaton femelle pour être emporté par le vent.

C’est l’arbre nordique par excellence. On le rencontre jusqu’en Sibérie et au Groenland. En tout, il existe une quarantaine d’espèces. En Sologne, les plus communes sont le bouleau verruqueux et le bouleau pubescent.

Mythique et médical

Il est aussi présent dans les légendes et les traditions. Selon la mythologie romaine, les verges de bouleau étaient utilisées pour la flagellation et la purification des condamnés. Dans l’astrologie celtique, le bouleau est “l’inspiration“.

Depuis la nuit des temps, l’Homme a utilisé toutes les parties du bouleau. Pour se soigner, construire des outils, se protéger des moustiques, fabriquer des objets et même tanner le cuir !

 

La Sologne

Terre secrète et mystérieuse, peuplée de bouleaux.

 

Qui n’a jamais parcouru les paysages de Sologne ne peut comprendre son mystère. Terre d’eau et de forêt, elle semble née pour illustrer un conte d’enfants.

Marche dans la forêt, vélo sur les sentiers, galop à cheval dans les allées,  repos au bord d’un étang, pique-nique dans la bruyère, visite de châteaux de brique rouge, découverte de centaines d’espèces d’oiseaux, baignade ou pêche en étang, rencontre avec chevreuils et sangliers…, le tout sur des centaines de kilomètres de chemins de randonnée préservés.

Une biche dans la brume.

 

Si vous aimez la nature et les activités de plein-air, c’est une destination idéale, loin du bruit, de la pollution et des nuisances. Croisez une biche au détour d’un bosquet ou laissez-vous surprendre par la brume, qui transforme sans cesse le paysage…

Et si vous avez le temps, venez visiter notre lieu de production, c’est avec plaisir que nous vous accueillerons.

Classé Natura 2000

Natura 2000 est un réseau européen qui répertorie les sites qui doivent être particulièrement protégés. Ceux dont la faune, l’habitât  et la flore sont représentatifs de la biodiversité.

La Sologne est le plus grand d’entre eux.   À ce titre, les activités qui pourraient être préjudiciables à son équilibre sont soumises à évaluation préalable.

485 000 hectares, la taille d'un département

Forêts, landes, étangs, rivières, tourbières, mares…, la Sologne présente tous les visages de la campagne. Entre les vallées de la Loire et du Cher, elle se parcourt sur 60 km du Nord au Sud et 120 km d’Est en Ouest.

De nombreuses rivières et affluents, des milliers d’étangs constituent un immense réservoir d’eau naturel.

Un refuge pour les animaux sauvages

Longtemps, la Sologne a nourri ses habitants grâce à la richesse de sa faune. Faisans, perdreaux, gibiers d’eau, lapins, lièvres, cervidés et sangliers, poissons…,

Il suffit de regarder le film de Nicolas Vanier, “L’école buissonnière” pour comprendre la relation si étroite des Solognots à la nature.

Contacter Sologne ô Naturel